Sony A7 III - Avis, prix et fiche technique.

Sony a7 III avis
5/5

Le Sony a7 III est un appareil photo plein format d’entrée de gamme qui va bien au-delà des fonctionnalités de base, avec une excellente qualité d’image, un suivi du sujet à 10 ips et une capture vidéo 4K.

Qualités du Sony A7 III

  • Capteur BSI plein format 24MP.
  • 10fps avec suivi.
  • Stabilisation 5 axes.
  • Vidéo 4K HDR.
  • Prise de vue silencieuse disponible.
  • LCD tactile inclinable.
  • Deux emplacements SD.
  • Batterie grandement améliorée.
  • Joystick de mise au point.
  • Profils plats disponibles.

Points faibles du Sony A7 III

  • Écran pas vrai vari-angle.
  • Un seul emplacement de carte est UHS-II.
  • Pas de flash dans le corps.
  • Le tampon de prise de vue doit être effacé pour démarrer la vidéo.
  • Système de menu dense.
  • Omet la prise de synchronisation PC.

 

Dimensions3.9 by 5.0 by 2.5 inches
Weight1.4 lb
TypeMirrorless
Sensor Resolution24 MP
Sensor TypeBSI CMOS
Sensor SizeFull-Frame (24 x 36mm)
Lens MountSony E
Memory Card Slots2
Memory Card FormatSDXC (UHS-II), SDXC (UHS-I)/Memory Stick Duo
Battery TypeSony NP-FZ100
Minimum ISO50
Maximum ISO204800
Stabilization5-Axis IBIS
Display Size3 inches
Display Resolution921600 dots
Touch ScreenYes
Viewfinder TypeEVF
Viewfinder Magnification0.78x
EVF Resolution2.36 million dots
Connectivitymicro USB, Headphone (3.5mm), Bluetooth, USB-C, Wi-Fi, micro HDMI, Microphone (3.5mm)
Maximum Waterproof Depth0 feet
Video Resolution4K
HDMI Output4:2:2 8-bit
Flat ProfileYes

 

Il n’a pas fallu longtemps à Sony pour réutiliser la conception du boîtier qu’il a introduite avec l’a7R III haute résolution de qualité professionnelle de l’année dernière dans un modèle d’entrée de gamme.

Mais malgré un prix abordable (pour le plein format), l’a7 III (1950€, corps uniquement) est tout sauf d’entrée de gamme en ce qui concerne son ensemble de fonctionnalités. Son capteur CMOS BSI excelle dans tous les types de lumière et offre une plage dynamique incroyable. Il peut filmer à 10 images par seconde, avec un système de mise au point automatique qui couvre la quasi-totalité du capteur d’image.

Et il a aussi de sérieuses côtelettes vidéo, enregistrant des séquences fluides et nettes à 4K et au ralenti à 1080p.

Il fait le tour des modèles concurrents dans cette gamme de prix et constitue le choix de nos éditeurs pour les acheteurs de plein format d’entrée de gamme.

Remarque : cette revue a été mise à jour pour refléter les changements apportés à l’a7 III ajoutés par sa version Firmware 3.0.

Design

L’a7 III ressemble beaucoup à l’a7 II et à l’a7R III dans la main. Il mesure 3,9 x 5,0 x 2,5 pouces (HWD) sans objectif et pèse environ 1,4 livre. Sa poignée et sa conception de corps sont les mêmes que celles que vous obtenez avec l’a7R III. Je le trouve assez confortable à tenir, même avec un zoom plus grand comme le FE 100-400 mm. Le boîtier est protégé contre la poussière et les éclaboussures, comme tous les objectifs Sony FE.

En plus de l’option boîtier uniquement, Sony propose l’a7 III dans un kit de 1900€ environ fourni avec l’objectif FE 28-70 mm F3.5-5.6. Le 28-70 mm est l’un des objectifs les plus anciens de la série. J’aurais aimé voir un autre bundle avec le FE 24-105mm F4 plus récent et plus utile. Le 24-105 mm est un objectif de 1 300 $, cependant, j’imagine que le prix d’un kit serait prohibitif pour de nombreux acheteurs.

La manipulation n’est pas si différente de l’a7 II. Vous obtenez toujours le cadran EV sur le dessus, ainsi que les boutons C1 et C2 programmables et un cadran de mode – ce n’est pas un cadran de verrouillage comme celui de l’a7R III. Le déclencheur est au-dessus de la poignée, légèrement plus bas que le reste de la plaque supérieure et placé à un angle.

 L’interrupteur marche/arrêt l’entoure. La poignée a une molette de commande, accessible à l’aide de votre index droit. Son homologue arrière est légèrement décalé par rapport au cadran EV et se tourne facilement avec votre pouce droit.

Les commandes arrière correspondent aux a7R III et a9. Le bouton programmable C3 et le bouton Menu se trouvent au-dessus de l’écran LCD arrière, juste à gauche de l’œilleton EVF. À droite, toujours en haut, vous trouverez Record, AF-ON et AEL. En dessous d’eux, nichés entre le repose-pouce arrière et l’écran LCD se trouvent le joystick de sélection du point de mise au point et le bouton Fn.

La molette de commande arrière plate est la suivante dans la colonne ; il a un bouton en son centre et des pressions directionnelles pour régler l’affichage, l’ISO et le mode Drive – il n’y a pas de cadran Drive dédié comme sur l’a9, c’est quelque chose que Sony a décidé de laisser de côté de la série a7. 

Le cadran lui-même a des arêtes profondes pour que vous puissiez le tourner confortablement, et le mouvement de rotation est bien meilleur que le cadran similaire sur l’a7 II – il y a plus de résistance et le cadran est physiquement plus grand pour que les pressions sur les boutons offrent un meilleur retour tactile.

test Sony A7 III

Les commandes arrières sont complétées par les boutons Lecture et Supprimer. Ce dernier sert également de bouton C4 programmable en mode de prise de vue. Par défaut, il bascule la sensibilité au toucher de l’écran arrière. Les fonctions tactiles sont un peu limitées. Vous ne pouvez pas naviguer dans les menus via le toucher. Mais vous pouvez appuyer sur l’écran pour définir un point AF. 

Même si l’appareil photo est réglé sur une zone étendue, appuyer sur un point l’emportera et passera à un point flexible, qui peut être déplacé via le toucher ou le joystick ; le retour à la zone étendue s’effectue à l’aide du bouton situé au centre de la molette de commande arrière. Cette méthode de réglage du point de mise au point fonctionne à la fois pour la capture d’images fixes et vidéo.

L’appareil photo prend également en charge le réglage de la mise au point à l’aide de l’écran LCD lors du cadrage des prises de vue avec l’EVF. Faites simplement glisser votre doigt sur l’écran et la zone de mise au point se déplacera. Vous pouvez remplacer le réglage de la zone large avec cette méthode, tout comme vous le pouvez lors de la prise de vue à l’aide de l’écran LCD arrière pour cadrer les photos.

En parlant de menus, Sony a longtemps été critiqué pour son système de menus assez long et complexe. L’a7 III comprend des outils pour aider à réduire le stress d’essayer de trouver le paramètre que vous souhaitez ajuster lorsque vous parcourez des dizaines de pages d’options. Mon menu est entièrement personnalisable, de sorte qu’un paramètre que vous ajustez souvent peut y être ajouté pour un accès rapide. 

C’est un pas dans la bonne direction, même si je souhaite que Sony aille plus loin et mieux organise et catégorise les options de menu.

Le menu divise les paramètres de capture de la caméra en deux onglets, chacun avec plusieurs pages, mais mélange un peu les choses. Il existe des paramètres pour les deux films et capture toujours quelques pages dédiées à la capture vidéo coincées au milieu. Une organisation plus propre pourrait aider à trouver plus facilement le bon réglage.

Les propriétaires de mise à niveau de l’a7 et de l’a7 II remarqueront que la section des applications a disparu. L’a7 III ne prend pas en charge les applications d’appareil photo PlayMemories Mobile. Ce n’est pas en soi une grande perte – le téléchargement d’applications pour étendre les capacités de l’appareil photo était un concept imparfait, en particulier sans prise en charge des développeurs tiers. 

Mais certaines fonctions qui étaient disponibles dans PlayMemories, comme la possibilité de déclencher l’obturateur à l’aide du capteur oculaire EVF, n’ont pas été intégrées au firmware de l’a7 III. Le time-lapse a été ajouté avec le firmware 3.0 et, bien que l’a7 III ne puisse pas produire une vidéo finie, il déclenchera automatiquement des images à des intervalles définis afin que vous puissiez les combiner plus tard dans une vidéo. La caméra offre une résolution suffisante pour un time-lapse de 6K.

L’écran arrière est un écran LCD de 3 pouces avec prise en charge de la saisie tactile. C’est un pas en arrière par rapport à celui utilisé sur l’a7 II, qui est un design de 1 228 000 points avec des « pixels blancs » pour couper les reflets du soleil les jours ensoleillés. Celui-ci est une conception plus piétonne de 921 000 points. Malgré tout, j’ai tourné avec sous le soleil brûlant du désert du Nevada et je n’ai eu aucun problème à voir l’écran.

L’écran s’incline de haut en bas, mais il ne se balance pas du corps pour faire face vers l’avant comme un véritable affichage à angle variable. C’est dommage, car cela limite la capacité des vloggers à configurer des prises de vue et à enregistrer des vidéos tout en gardant un œil sur le cadrage, et l’a7 III a par ailleurs des côtelettes vidéo aussi solides. Il existe également des commandes tactiles lors de l’examen des images. notamment, vous pouvez balayer une photo agrandie avec votre doigt lors de la lecture des photos.

L’EVF est le même OLED à grossissement de 0,78x avec 2 359 000 points que celui que vous obtenez avec l’a7 II. Les modèles haut de gamme de la série, les a7R III et a9, correspondent à l’a7 III en grossissement, mais intègrent plus de pixels dans le cadre, 3 686 000 points.

Je n’ai pas remarqué la baisse de résolution lorsque j’ai pris l’a7 III pour la première fois – l’EVF a fière allure et je suis capable de dire si un sujet est net lors de la prise de vue. Mais si vous utilisez régulièrement les modèles les plus chers, vous apprécierez peut-être la différence.

Puissance et connectivité

L’a7 III utilise la batterie Z, introduite dans l’a9 et également utilisée par l’a7R III. Il est bon pour 710 prises de vue par classement CIPA avec l’a7 III, car ses besoins en énergie sont inférieurs à ceux de l’a9 ou de l’a7R III, tous deux évalués pour 650 images par charge. La plus grande batterie est une aubaine pour les passionnés qui ne veulent pas acheter une tonne de pièces de rechange, et les pros. Une poignée est disponible; il permet à l’appareil photo d’utiliser deux batteries, doublant ainsi sa durée de vie. Vous n’aurez pas à vous soucier de manquer d’énergie lors de la prise de vue d’un mariage, par exemple.

Sony n’inclut pas de chargeur externe avec l’a7 III. Si vous souhaitez charger la batterie à l’extérieur de l’appareil photo, vous devrez en acheter une. Mais vous pouvez recharger via USB et un adaptateur USB-AC inclus dans l’appareil photo. Je recommande un chargeur mural pour les voyageurs et les professionnels, en particulier ceux qui ont plusieurs batteries Z à recharger à la fin d’une longue journée de tournage.

L’appareil photo dispose de deux ports USB (un USB-C et un micro USB), ainsi que d’un micro HDMI, d’une entrée microphone 3,5 mm et d’une prise casque 3,5 mm. Il n’inclut pas la prise flash PC Sync que vous obtenez avec les a7R III et a9. Il existe un sabot standard, avec des contacts électriques supplémentaires pour des accessoires tels que l’adaptateur audio XLR de Sony.

Et il y a deux emplacements pour carte mémoire. L’emplacement 1, vers le bas de l’appareil photo, prend en charge la mémoire SD, SDHC et SDXC à des vitesses UHS-II. L’emplacement 2, au-dessus, fonctionne avec tous les formats SD à des vitesses UHS-I plus lentes, mais prend également en charge les supports Sony Memory Stick. J’ai pris la décision de ne prendre en charge UHS-II que dans un seul emplacement lorsque j’ai examiné l’a9 et l’a7R III, et de faire de même ici – les deux emplacements doivent prendre en charge le format de mémoire le plus récent et le plus rapide. Je serais surpris si quelqu’un en dehors de Sony se soucie de Memory Stick à ce stade.

En plus de la connectivité filaire, l’a7 III inclut Bluetooth, NFC et Wi-Fi. Cela permet à l’appareil photo de se connecter à un appareil Android ou iOS exécutant l’application gratuite Sony PlayMemories Mobile pour transférer des images et des vidéos sur votre téléphone pour un partage social. Vous pouvez également utiliser votre téléphone comme télécommande sans fil.

sony alpha 7 iii avis

Performances et mise au point automatique

L’a7 III démarre, se concentre et tire en 2,2 secondes environ. C’est un domaine où il est plus lent que les reflex concurrents, comme le Canon EOS 6D Mark II (0,4 seconde) et le Nikon D750 (0,4 seconde). Son système de mise au point automatique est assez rapide, se verrouillant en 0,05 seconde sous une lumière vive et en moyenne de 0,4 seconde dans des conditions très sombres.

J’ai testé la vitesse de rafale en utilisant une carte mémoire Lexar 300 Mbps dans la fente UHS-II. La caméra gère 10 images par seconde dans son mode rafale le plus rapide. Le nombre de photos que vous pouvez prendre avant que l’appareil photo ne s’arrête varie en fonction du format de fichier que vous utilisez. J’ai testé le JPG brut et extra fin non compressé (34 images), le JPG brut et extra fin compressé (78 images), le brut non compressé (37 images), le brut compressé (103 images) et le JPG extra fin (164 images). Le temps de récupération, la durée nécessaire pour que la mémoire tampon soit complètement effacée de la carte mémoire, varie en fonction du format de fichier. 

Si vous filmez Raw + JPG (n’importe quel format), attendez-vous à attendre environ 24 secondes, mais seulement environ 14 secondes pour Raw seul. Étant donné que vous pouvez capturer beaucoup plus d’images JPG à la fois, le temps d’écriture pour les effacer sur la carte est d’environ 54 secondes.

L’autofocus continu est également disponible à 10 ips. Notre test de mise au point standard, dans lequel je tire une cible qui se déplace directement vers ou loin de l’objectif, a obtenu presque tous les clichés mis au point à 10 ips. Il y a eu quelques petits ratés ici et là, mais rien ne vaut la peine de s’énerver.

Le système de mise au point automatique est similaire à celui de l’a9 haut de gamme, mais il n’est pas aussi étrangement intelligent. La conception du capteur de l’a9 permet une lecture instantanée (et une capture à 20 ips), donc même si l’a7 III a le même nombre de points de mise au point et la même zone de couverture de mise au point, il n’offre pas le même niveau de performances.

Mais ce n’est pas si loin. Un total de 693 points de détection de phase couvrent 93% du capteur, tous sauf ses bords extrêmes, et sont rejoints par 425 points de contraste, plus densément situés dans la zone centrale du cadre. Les deux types de points AF fonctionnent ensemble pour reconnaître et suivre les sujets.

Le système de mise au point prend non seulement en charge la détection de visage, mais va plus loin avec le système Eye AF de Sony. Il peut se verrouiller sur un œil humain, en donnant la priorité à celui qui est le plus proche du point de mise au point actif. C’est un excellent outil pour les portraits, et il fonctionne lors de la mise au point en continu, de sorte que votre modèle peut se sentir libre d’ajuster une pose et vous n’aurez pas à vous soucier de perdre la netteté de la mise au point sur ses yeux.

La mise à jour du micrologiciel 3.0 a amélioré l’opérabilité de Eye AF, lui permettant de fonctionner à tout moment – auparavant, il devait être activé manuellement. Il ajoute également un support pour les animaux, en particulier les chats et les chiens. Nous avons testé le nouveau système de mise au point à l’aide d’un a7R III, qui fonctionne exactement de la même manière, et vous pouvez le voir à l’œuvre dans le clip vidéo ci-dessus.

Lors des tests sur le terrain, le système de mise au point automatique a fonctionné superbement. Coup après coup était net et net, même lors du suivi de cibles en mouvement à 10 images par seconde. Bien sûr, il y a eu des ratés occasionnels, mais même les meilleurs systèmes de mise au point automatique manquent de temps en temps. 

Par exemple, lors de la prise de vue d’une scène avec une forte pluie simulée en studio, avec un éclairage continu plutôt que des stroboscopes, l’utilisation de la zone de mise au point large a entraîné des clichés extrêmement mal mis au point. Changer la zone de mise au point sur un point flexible ou activer EyeAF à l’aide du bouton central arrière a redressé le navire.

Peu d’autres appareils photo plein format à ce prix peuvent atteindre 10 images par seconde, sans parler d’une couverture aussi large de l’autofocus. Les concurrents SLR les plus proches en termes de prix, le Nikon D750 (1500€ chez Amazon ) et le Canon EOS 6D Mark II (1 500€ chez Amazon), plafonnent à 6,5 ips et ont des systèmes de mise au point qui couvrent une zone beaucoup plus petite du cadre.

Qualité d’image

L’a7 III utilise un nouveau capteur, dont la conception est similaire au capteur 24MP utilisé par l’a9, mais pas identique. Le capteur de l’a9 est une conception empilée, qui place la mémoire directement sur la puce afin de fournir une lecture instantanée et sa capacité de capture à 20 ips. L’a7 III ne fait pas ça. Il s’agit d’une conception BSI – Back Side Illumination -, comme l’a9 et l’a7R III haute résolution. Ce type de capteur réduit la distance entre sa surface et la zone sensible à la lumière. L’effet pratique est que vous obtenez une qualité ISO élevée supérieure à celle des capteurs qui placent les circuits devant la zone de collecte de lumière plutôt que derrière.

Nos tests en laboratoire montrent que le capteur d’image de l’a7 III fonctionne de manière très similaire à l’a9. Lors de la prise de vue au format JPG, Imatest nous indique que le bruit est inférieur à 1,5 % jusqu’à ISO 25600, un arrêt meilleur que l’a9 et le Nikon D5. Il y a certainement une réduction du bruit dans l’appareil photo pour y arriver, ce qui entraîne des bavures de détails fins à ISO 25600. Les images sont plus fortes à ISO 12800, mais il y a encore un peu de confusion. À ISO 6400, les photos sont nettes et regorgent de détails. Les résultats à ISO 3200 sont tout aussi nets que ceux obtenus à ISO 100.

Se déplacer vers les plages extrêmes de la plage ISO – l’appareil photo peut prendre des photos jusqu’à ISO 204800 – est un peu trop pour les tireurs JPG. Vous pouvez obtenir des résultats utilisables, bien que doux, à ISO 51200. Il y a un peu de flou à ISO 102400, bien que je puisse encore distinguer certains détails dans nos images de test. Le réglage ISO 204800 offre des résultats flous, mais il faut s’y attendre lors de la prise de vue à un tel extrême.

Si vous optez pour la prise de vue Raw, vous pouvez extraire plus de détails des images ISO élevées. Nos images de test, converties à l’aide d’Adobe Lightroom Classic CC avec les paramètres de développement par défaut appliqués, sont aussi belles à ISO 6400 qu’à ISO 100, avec juste un peu plus de grain. Il y a un peu plus de bruit à ISO 12800 et 25600, mais ce n’est pas écrasant. À ISO 51200, j’appellerais le grain lourd, mais il y a beaucoup plus de détails visibles que son homologue JPG. 

Je n’hésiterais pas à utiliser ISO 102400 pour les prises de vue où un aspect granuleux est souhaité – ou pour la conversion en noir et blanc – mais le bruit rugueux submerge vos images à ISO 204800. Les recadrages, à la fois des fichiers JPG et Raw, sont inclus dans le diaporama qui accompagne cette revue afin que vous puissiez juger par vous-même.

Il ne s’agit pas uniquement de photographie à haute sensibilité ISO. À des ISO inférieurs, l’a7 III offre la qualité d’image que vous attendez d’un capteur d’image plein format de 24 MP. Vous avez un contrôle extrême sur la profondeur de champ lorsque vous travaillez avec un objectif rapide, et même si vous n’obtenez pas autant de résolution ou de détails que l’a7R III (qui utilise un capteur 42MP sans filtre passe-bas optique), vous n’aura aucune plainte lors de la réalisation d’impressions ou de la visualisation de photos au niveau du pixel. Sony promet que les images Raw offriront 15 arrêts de plage dynamique à des réglages ISO inférieurs, de sorte que vous pouvez régner sur les hautes lumières et les ombres pour obtenir une image comme vous le souhaitez. Et il le fait sans ajouter de bruit de couleur indésirable, comme nous l’avons vu lors de l’extraction des détails d’ombre des images Raw prises avec le Canon EOS 6D Mark II.

Il y a un problème que certains critiques ont noté en ce qui concerne la fusée éclairante. Dans certaines conditions, des bandes étranges peuvent apparaître chez les sujets fortement rétro-éclairés. Il n’est généralement visible que lors de la prise de vue à f/2 ou plus large, avec une source de lumière très puissante entrant directement dans l’objectif, et n’apparaît que vers le bord du cadre. Les bandes apparaissent sous forme de lignes droites à pixel unique, correspondant à la position des pixels de détection de phase sur le capteur. Ce n’est pas un problème exclusif à l’a7 III – les photographes ont observé l’effet dans d’autres appareils photo avec détection de phase sur capteur.

J’ai pris plusieurs dizaines d’images avec un fort contre-jour et une forte lumière parasite à l’aide de l’a7 III, comme celle ci-dessus, et je n’ai vu les lignes dans aucune d’entre elles. Mais j’utilisais l’objectif 24-105 mm, qui a une ouverture maximale de f/4, et je n’essayais pas délibérément d’induire l’effet.

J’ai tourné avec un certain nombre d’appareils photo avec des points de détection de phase sur le capteur au fil des ans et je n’ai pas trouvé que cela posait un problème dans mes images, mais j’ai tendance à arrêter un peu un objectif lorsque j’intègre le soleil ou une autre source lumineuse en arrière-plan afin d’obtenir un effet de fusée éclairante. Si vous êtes plutôt un tireur à grande ouverture et que vous aimez le look portrait rétro-éclairé, vous pouvez le rencontrer de temps en temps. Mais la plupart des photographes prendront des milliers d’images sans jamais voir l’effet.

Sony A7 III avis et test

La Vidéo avec le Sony A7 III

Les reflex Canon avec Dual Pixel AF ont rattrapé le sans miroir en termes de vitesse de mise au point, mais il y a encore de grands avantages à utiliser un système sans miroir avec autofocus sur capteur pour capturer la vidéo. L’ensemble de la série Sony a7 possède de solides côtelettes vidéo, en particulier l’a7S II spécialisé. Malgré un positionnement d’entrée de gamme, l’a7 III ne lésine pas sur les fonctionnalités.

Il prend en charge la capture 4K à 60 ou 100 Mbps en utilisant le codec XAVC S 4K à votre choix de 24 ou 30 ips. La vidéo à 24 ips utilise toute la largeur du cadre (avec le capteur recadré au rapport 16: 9), mais un recadrage modeste est appliqué lors de la prise de vue à 30 ips. Passer à 1080p vous offre des options de 50 ou 100 Mbs à 24, 30 ou 60p, et il existe une option de ralenti intégré à 60 ou 100 Mbps et 120 ips.

J’ai tourné notre vidéo de test 4K à 24 ips et 100 Mbps en utilisant le profil vidéo standard. Il a été découpé dans Premiere Pro, mais aucun classement n’a été effectué. J’ai supprimé l’audio de certains clips, car de la musique protégée par des droits d’auteur jouait à notre emplacement, mais les clips avec audio utilisent le microphone intégré à l’appareil photo.

Si vous souhaitez noter des séquences, d’autres profils sont disponibles, notamment plusieurs looks cinéma, S-Log2 et S-Log3. Comme l’a7R III, l’appareil photo prend également en charge la capture HDR à l’aide du profil HybridLogGamma de Sony.

Toute ma vidéo a également été tournée à la main, vous pouvez donc voir comment fonctionne la stabilisation dans le corps. J’ai utilisé exclusivement le FE 24-105 mm (1 704,99 $ sur Amazon Canada). Comme nous l’avons vu avec d’autres modèles a7, la combinaison de la stabilisation du corps et de l’objectif supprime la gigue des images. Il y a des secousses visibles dans les prises de vue prises depuis un hélicoptère, mais c’est beaucoup moins cahoteux que ce que j’ai vécu dans la vraie vie.

Il y a certainement du bruit du vent dans nos prises de vue en extérieur. Heureusement, vous pouvez utiliser un microphone externe avec l’a7 III. Il dispose d’une entrée standard de 3,5 mm, ainsi que d’une sortie si vous souhaitez surveiller l’audio à l’aide d’un casque. Sony vend un accessoire supplémentaire avec une entrée XLR symétrique pour les projets qui nécessitent un véritable son de qualité professionnelle.

Nous avons également inclus un échantillon de ralenti utilisant le paramètre S&Q 120fps. Vous êtes limité à 1080p, mais c’est un bel effet pour les moments où vous voulez ralentir la réalité. La vidéo est silencieuse, car l’a7 III n’enregistre pas de son lorsque son sélecteur de mode est réglé sur la position S&Q.

Notre conclusion sur le Sony A7 III

Le Sony a7 III ressemble beaucoup au a7 II, mais les améliorations à l’intérieur sont palpables. Son capteur offre la même résolution, mais la conception BSI améliore les performances ISO élevées. Le système de mise au point automatique est considérablement amélioré, avec une couverture beaucoup plus large et une capture à 10 ips. Et une batterie haute capacité permet à l’appareil photo de prendre des photos beaucoup plus longtemps que les modèles a7 précédents. Tout en apportant quelques modifications au corps compact et robuste.

J’ai quelques petits reproches. Je ne sais pas pourquoi Sony n’utilise pas deux emplacements de mémoire UHS-II – si vous souhaitez enregistrer des images sur deux cartes simultanément, l’emplacement UHS-I plus lent peut ralentir les temps d’écriture lors de la prise de vue. Le menu de l’appareil photo a beaucoup d’options, mais l’appareil photo fait beaucoup de choses. Cela pourrait être mieux organisé; vous voudrez passer du temps à personnaliser la page Mon menu avant de faire un travail sérieux avec l’a7 III.

Mais tous les reproches picayune sont éclipsés par les performances globales de l’a7 III. Cela va bien au-delà de ce que proposent les reflex Canon et Nikon à prix similaire. Vous n’obtenez pas de stabilisation dans le corps avec l’un ou l’autre des systèmes concurrents, et ils ne prennent pas non plus en charge la capture vidéo 4K, et leurs systèmes de mise au point automatique ne tournent pas aussi vite ou ne couvrent pas une si grande surface du cadre.

L’a7 III est beaucoup plus un appareil photo que ce que nous avons l’habitude de voir à ce prix. Au lieu de supprimer des fonctionnalités pour pousser les acheteurs vers un modèle haut de gamme, l’a7 III hérite de nombreuses technologies des a9 et a7R III. Nous avons l’habitude de voir des fonctionnalités d’options haut de gamme se répercuter sur une caméra plus abordable sur une période de plusieurs années, mais l’a9 n’est sur le marché que depuis environ un an et l’a7R III pendant environ la moitié de cette durée.

Nous faisons de l’a7 III notre choix des éditeurs pour les appareils photo sans miroir plein format, et n’hésitons pas à le recommander par rapport à ses concurrents les plus proches dans le monde SLR. Le Nikon D750 vieillit et, bien qu’il offre toujours une excellente qualité d’image, ses fonctionnalités vidéo sont datées. Le Canon EOS 6D Mark II était un peu décevant à sa sortie, et le semble encore plus maintenant que l’a7 III est disponible.

Il se compare également bien aux modèles professionnels. Le Canon EOS 5D Mark IV a un peu plus de résolution (30MP), mais ne filme que des vidéos 4K avec un facteur de recadrage et ne correspond pas au système de mise au point automatique de l’a7 III. Le Nikon D850, le meilleur reflex sur le marché aujourd’hui, est dans une classe différente en termes de résolution – son capteur d’image 45MP est une merveille – mais souffre d’un autofocus plus lent lors de la prise de vue vidéo. Les deux se vendent plus de 3 000 $.

Sur le front de Sony, vous pouvez toujours acheter l’a7 II, et cela reste une bonne affaire pour les acheteurs à petit budget. L’a7 d’origine est également toujours en vente. Il n’offre pas de stabilisation dans le corps, mais c’est le point d’entrée le moins cher dans n’importe quel système plein format. Passant aux options haut de gamme, le 42MP a7R II offre beaucoup plus de résolution, mais n’est pas un excellent choix pour suivre une action rapide. L’a7R III vous offre à la fois résolution et vitesse, mais il est beaucoup plus cher. Sur le haut de gamme, il y a l’a9, un modèle 24MP, mais qui peut filmer et suivre l’action à 20 ips, sans aucune sorte de panne de courant.

Et il existe des caméras très performantes avec des capteurs d’image plus petits. Nous venons de regarder le meilleur appareil photo sans miroir APS-C que nous ayons vu, le Fujifilm X-H1, et le Nikon D500 est notre reflex APS-C haut de gamme préféré. Il y a des raisons d’opter pour un capteur plus petit, surtout si vous aimez utiliser de longs téléobjectifs pour prendre des photos de sports et d’animaux sauvages, mais pour de nombreux photographes, rien ne remplace un capteur de taille 35 mm. Dans cette gamme de prix, l’a7 III est le meilleur que vous puissiez obtenir.

Sony a7 III avis
5/5

Le Sony a7 III est un appareil photo plein format d’entrée de gamme qui va bien au-delà des fonctionnalités de base, avec une excellente qualité d’image, un suivi du sujet à 10 ips et une capture vidéo 4K.